Église du Val-de-Grâce

Restauration des seize génies du tambour du dôme et des anges du chevet

  • Architecte en chef des monuments historiques Stefan Manciulescu

  • 3,3 M€ TDC
    Budget prévisionnel

Descriptif 

L’abbaye du Val-de-Grâce a été fondée au XVIIe siècle par la reine Anne d’Autriche, en reconnaissance de la naissance du dauphin Louis Dieudonné. L’ancienne abbaye accueille aujourd’hui le musée et la bibliothèque du service de santé des armées ainsi que l’école du Val-de-Grâce.

Les éléments sculptés ornant l’extérieur des dômes de l’église et de la chapelle du Saint-Sacrement appartiennent à l’ensemble décoratif réalisé par Philippe de Buyster au XVIIe siècle (1661). Ces sculptures monumentales ont souffert de l’usure du temps, notamment de l’érosion et de la pollution atmosphérique récentes. Celles de la chapelle du Saint-Sacrement, les anges, ont été déposées en 1995 lors de la restauration de la toiture du dôme. Les génies du tambour du dôme de l’église, dans un état particulièrement dégradé, ont été déposés en septembre 2011 afin de répondre à l’urgence d’une mise en sécurité pour le public et de la conservation des originaux.

Trop fragiles, les sculptures originales ne pourront être réinstallées. Elles participent pourtant de l’architecture et de la silhouette de l’édifice et seront donc remplacées par des copies en pierre qui viendront couronner les contreforts du tambour du Dôme et le Chevet. Une partie des génies restaurés sera exposée dans le chœur des religieuses. Les anges restaurés seront quant à eux installés dans la crypte.

Deux techniques de restauration distinctes sont employées selon que l’on parle des anges ou des génies : moulages pour les anges et sculptures sur pierre à partir de copie à l’échelle 1 en impression 3D pour les génies.

En savoir plus sur l’un des plus gros chantiers de taille de pierre en France actuellement...

Restauration des statues du Val de Grâce on Vimeo

Protocole Culture-Défense

Sensibles à la valeur patrimoniale et historique des monuments les plus prestigieux de la Défense et attachés à les préserver et à les faire connaître, les ministères de la Défense et de la Culture ont renouvelé en 1995 un protocole destiné à les restaurer et à les mettre en valeur. La restauration du patrimoine militaire s’inscrit pleinement dans la volonté de transmettre aux générations futures de précieux témoins de l’histoire de France.

Chaque année, les ministères de la Culture et de la Défense consacrent chacun cinq millions d’euros à la restauration de ce patrimoine.

Calendrier prévisionnel
Le chantier a débuté en juin 2017 et se décompose en trois tranches de travaux la première d’une durée de 15 mois, la seconde de 18 mois et enfin la troisième d’une durée de 6 mois.

Maître d’ouvrage
L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture, Oppic

Maîtrise d’œuvre

  • Stefan Manciulescu, architecte en chef des monuments historiques
  • Cabinet Écovi, Économiste de la construction

Assistance à la maîtrise d’ouvrage

  • Quartet, Coordonnateur SPS
  • Risk Contrôl, Contrôleur technique
  • Directe & Org-Gol, Ordonnancement, pilotage et coordination

Entreprises

  • Maçonnerie/pierre de taille – Lefevre ;
  • Restauration sculpture/copies pierre reconstituée des anges du XVIIe – Socra ;
  • Restauration sculpture/copies en taille directe des génies du XVIIe – Groupement : Louis Geneste (mandataire), H.Chevalier, Florent Lebon et Benoit Mesnier ;
  • Restauration sculpture/copies en taille directe des génies du XVIIe – Tollis ;
  • Restauration sculpture/copies en taille directe des génies du XVIIe – Atelier Jean-Loup Bouvier ;
  • Scan 3D/modèles d’étude sculpture par procédé numérique : génies du XVe – Groupement : SNBR (mandataire), Léandro Berra, Nathalie Pruha et Xavier Llenera ;
  • Laboratoire d’analyses/matériaux – ERM ;
  • Manutention/transport/mise en place de la statuaire XVIIe – Groupement : Tollis (mandataire), Entrepose Echafaudage et Mediaco ;
  • Charpente/menuiserie : Aubert-Labansat ;
  • Electricité : Segex.