Actualités des opérations 

Concours d’architecture pour la réalisation d’un ouvrage de protection du portail occidental de la Cathédrale d’Angers

Février 2020

Cathédrale d’Angers
DRAC Pays de Loire

La cathédrale Saint-Maurice d’Angers dispose d’un portail occidental sculpté datant du XIIe siècle, qui était protégé par une galerie construite dans le premier tiers du XIIIe siècle, démolie en 1807. En 2009, des travaux de nettoyage du portail, ont révélé des vestiges de polychromie médiévale et moderne qui ont fait l’objet de travaux spécifiques conduits par un comité scientifique constitué de conservateurs, de restaurateurs, d’architectes et d’historiens, réuni par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) des Pays de la Loire : ce portail apparaît désormais comme un des rares témoignages de la polychromie des édifices cultuels médiévaux.

Pendant ces travaux de restauration, une protection provisoire a été mise en place à l’avant du portail, le mettant à l’abri des intempéries et de variations climatiques excessives . Une protection architecturée pérenne, doit aujourd’hui être conçue et construite, pour garantir la conservation du portail. À l’initiative de la DRAC Pays de la Loire, après concertation avec la ville d’Angers et le clergé, affectataire, et après l’avis favorable de la Commission nationale de l’architecture et du patrimoine, en date du 4 juillet 2019, le ministère de la Culture, a décidé de lancer le concours d’architecture pour la réalisation de cet ouvrage de protection du portail occidental de la Cathédrale.

L’Oppic assure, pour le compte de la DRAC Pays de la Loire, l’organisation de ce concours avec rendu intermédiaire jusqu’à la notification du marché de maîtrise d’œuvre. L’avis de concours, publié au BOAMPet au JOUE, permet une remise des candidatures jusqu’au 7 févier 2020 à 12h.

Focus sur le chantier de construction du nouveau bâtiment de l’INA

Février 2020

© Frédéric Furgolle/ janvier 2020

Début 2020, le chantier entre dans sa deuxième phase opérationnelle, après l’achèvement du gros œuvre du bâtiment principal et de ses connexions aux deux ailes du bâtiment existant.

La pose de la vêture - en cours de finalisation - parachève la réalisation des façades et permet d’ores et déjà d’appréhender l’insertion du bâtiment dans l’environnement. Les installations techniques et les aménagements sont enclenchés sur l’ensemble des niveaux, pour une livraison du bâtiment prévue à l’été 2020.

Tout savoir sur le programme de l’extension de l’INA...

« Détramé », projet de l’artiste Heidi Wood conçu au titre du 1% artistique, de la rénovation du bâtiment Letessier

Janvier 2020

Insep, bâtiment Letessier. 1% artistique Heidi WOOD « Détramé »
Pascal Aimar/ Oppic. Février 2020

TRAMÉ (2018 – 2019), HEIDI WOOD Les motifs qui recouvrent le mur de l’ascenseur et les sheds du Bâtiment Letessier de l’INSEP, qui accueille les équipes de ping-pong, d’haltérophilie et du pôle de boxe, puisent leur inspiration dans la rigueur géométrique de l’architecture. En dialogue avec la réhabilitation du lieu pour un usage contemporain de cet ouvrage des années 1960, la grille moderniste semble avoir subi un « détramage » correspondant aux tendances asymétriques de l’architecture actuelle. Leur aspect proliférant adoucit le côté carré du bâti.

Les panneaux en acier émaillé sur le mur extérieur de la circulation verticale ont été livrés en novembre 2018, les panneaux recouvrant les sheds ont été mis en place fin 2019.

Tous les projets de 1% artistique portés par l’Oppic

La repose de la nacelle du pont transbordeur de Martrou

28 novembre 2019

Dernière grande étape du chantier de restauration du pont transbordeur : la repose de la nacelle, avant sa remise en service à l’été 2020.
Le 28 novembre 2019 une grue de 250 tonnes a été mise en place à proximité du pylône situé sur la rive de Rochefort, afin de lever la nacelle pour pouvoir ensuite la rattacher aux 24 suspentes qui la relient au tablier.

Pont transbordeur de Martrou
28 novembre 2019 : repose de la nacelle
Jean-Dominique Lamy/Baudin Chateauneuf/Oppic

La nacelle, déposée le 23 septembre 2016, a été restaurée sur place, des éléments du chariot de sa structure métallique ont été remplacés (étriers, axes et tiges de fixation des mordaches), certaines parties du platelage bois, trop altérés ont été remplacés. Après avoir été entièrement décapée, sous confinement, elle a retrouvé sa couleur d’origine tout comme l’ensemble du pont : le noir. Un complexe de peinture anticorrosion a été appliqué (trois couches de peinture : jaune, blanc puis noire) pour en assurer sa pérennité face aux intempéries.

Pont transbordeur
Repose de la nacelle le 28 novembre 2019
Jean-Dominique Lamy/Baudin Chateauneuf/Oppic

La nacelle ou transbordeur (le mot transbordeur désignait depuis 1896 la nacelle qui traverse une passe fluviale ou maritime) est suspendue à 2 m au-dessus des plus hautes eaux. Elle est composée de longrines et de poutrelles sur lesquelles sont boulonnés les madriers du platelage, sa surface est 14 m de longueur et de 11,50 m de largeur. Sa structure est renforcée par des câbles sous-bandant les poutrelles du plancher.

Pont transbordeur de Martrou
28 novembre 2019 : repose de la nacelle
Jean-Dominique Lamy/Baudin Chateauneuf/Oppic

La nacelle est accrochée par des câbles à torsion alternative, des anneaux et des étriers à un cadre ou chariot comportant 24 galets (sorte de roues) circulant en partie haute sur des rails fixés sur les semelles inférieures des poutres de rigidité. Le chariot est tracté et tiré par un câble relié à une machinerie électrique située en rive droite dans l’ancienne billetterie réhabilitée.

  • Dimensions 14 m X 11,5 m, surface 161 m2 ;
  • Poids à vide de la nacelle : 30 tonnes
  • Poids maximum des piétons ou cycles admis après restauration de la nacelle : 12 tonnes (10 tonnes avant restauration) ;
  • Durée de la traversée : environ 4 minutes et 30 secondes ;

Tout savoir sur l’opération de restauration du pont transbordeur

L’Oppic était pour la 1re année représenté au salon international du patrimoine culturel

L’occasion pour le ministre de la Culture, Franck Riester, Mme Brigitte Macron et M. Stéphane Bern de découvrir l’actualité de nos réalisations.

L’occasion aussi de présenter aux entreprises les futurs appels d’offres de marchés de travaux qui rythmeront l’année 2020 et de signer, avec nos partenaires du GMH et de l’EPEC une charte visant à adapter les dispositifs des clauses sociales des marchés publics à la réalité de la filière des monuments historiques.

Le stand de l’Oppic met en valeur, notamment, la restauration des anges et génies du Val de Grâce
Clarisse Mazoyer, présidente de l’Oppic, présente les dernières réalisations de l’établissement
Une centaine de partenaires sont venus découvrir les appels d’offre de travaux à venir

Tous les renseignements sur le salon international du patrimoine culturel Retrouvez l’Oppic au salon du patrimoine du 24 au 27 octobre 2019 : salle Delorme, stand B 48

Signature de la charte tripartite avec Mme Claire Etien, directrice générale de l’EPEC, ensemble Paris emploi compétences et M. Frédéric Létoffé, Co président du GMH, groupement des entreprises de monuments historiques

Les chantiers de l’Oppic primés au Geste d’or 2019

Le Grand prix « Patrimoine » a été attribué au chantier de restauration du pont transbordeur de Martrou. Le Grand prix « Architecture, urbanisme et société » a été décerné à la création du nouvel accueil du Musée de Cluny. Le chantier de restauration des génies et des anges du Val-de-Grâce a été quant à lui nominé Prior.

L’Oppic, l’entreprise Genest, l’entreprise Socra et l’architecte en chef des monuments historiques reçoivent le prix Pior 2019 pour leur nomination à la participation au concours du Geste d’or, le dimanche 27 octobre 2019 pour la restauration des anges et des génies de l’Eglise du Val de Grâce.

Le pont transbordeur de Martrou,
Grand prix patrimoine, geste d’or 2019

L’Oppic, le bureau d’études Arcad (représentant de la maîtrise d’œuvre) et l’entreprise Baudin - Châteauneuf reçoivent le prix du Geste d’Or 2019 catégorie patrimoine pour le chantier de restauration du dernier pont transbordeur en France, classé monument historique, primé pour son excellence patrimoniale.

Le Geste d’Or s’intéresse au « bon geste » intégrant le traitement durable (y compris écologique), la gestion des constructeurs et usagers, et une ingénierie financière équilibrée.
Le Concours a pour double objectif : recenser et mettre en valeur l’exemplarité des opérations du patrimoine bâti, de l’aménagement urbain et paysager.

Le site du geste d’Or 2019

Le nouvel accueil du musée de Cluny
Grand prix Architecture, urbanisme et société, geste d’or 2019

L’Oppic, l’architecte Bernard Desmoulin et l’entreprise Lefevre reçoivent le geste d’Or catégorie architecture pour la création du nouvel accueil du musée de Cluny et la subtilité de son intégration entre création contemporaine et site historique.

|