Actualités des opérations 

Comment le plan de relance s’incarne à l’OPPIC ?

Interview de Clarisse Mazoyer, présidente de l’OPPIC - avril 2021

En quoi le plan de relance peut-il avoir un impact sur l’activité d’un maître d’ouvrage comme l’OPPIC ?

Le gouvernement a souhaité impulser, à l’été 2020, un vaste mouvement de soutien à l’activité pour permettre à l’économie de rebondir rapidement suite à la crise sanitaire. 100 milliards d’euros sont ainsi investis par l’Etat. Le second semestre 2020 a ainsi été largement consacré à l’identification des priorités que le plan France Relance soutiendrait. Le ministère de la Culture, a fait le choix, en matière d’investissement, de soutenir ses établissements d’enseignement supérieur en finançant plusieurs opérations de modernisation de ses écoles. Parallèlement, la direction de l’immobilier de l’Etat (DIE) a organisé un vaste appel à projet destiné à améliorer les performances énergétiques des bâtiments publics.

Bâtiment conçu par Oscar Niemeyer à Saint-Denis
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Concrètement, comment cette relance s’incarne-t-elle dans le plan de charge de l’OPPIC ?

Concrètement, le Plan de relance permet de lancer de nouvelles opérations de travaux qui n’avaient jusqu’alors pas trouvé leur financement. C’est une réelle opportunité pour de nombreux sites ! L’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, abritée dans les Petites Écuries du Château, bénéficiera ainsi d’une vaste campagne de restauration pour ses toitures, ses verrières et ses menuiseries qui sera également l’occasion d’améliorer les performances énergétique de cet ensemble protégé au titre des monuments historiques. Le Plan de relance permet aussi, au titre de l’appel à projet, sur la performance énergétique, à la préfecture d’Ile-de-France de lancer la réhabilitation du bâtiment conçu par Oscar Niemeyer pour le journal l’Humanité à Saint-Denis, afin d’y accueillir de futurs bureaux d’agents de l’Etat. Mais le Plan de relance permet aussi de conforter des initiatives déjà lancées : sera ainsi financé, au titre de la « sécurité des ouvrages hydrauliques », l’opération de confortement du Grand Canal du château de Fontainebleau, inscrite dans la deuxième phase du schéma directeur qui s’engage. Le réaménagement de certains espaces de travail des étudiants de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle à Paris, la réhabilitation de la toiture de l’École nationale d’art de Limoges, le site accueillant l’école des Beaux Arts de Paris et l’école d’architecture de Malaquais profitent également de cet investissement.

Les objectifs du Plan de relance ont-ils d’autres impacts pour l’établissement ?

Au-delà de l’activité nouvelle générée, le gouvernement a donné des objectifs ambitieux pour le calendrier de mise en œuvre de la relance. Des effets doivent être concrètement visiblement pour les entreprises et nos concitoyens dès les prochains mois. Les calendriers prévisionnels sont resserrés, la célérité est attendue de tous. Cet objectif de réactivité a induit pour l’OPPIC une nouvelle organisation de ses équipes à l’automne dernier pour allouer les équipes nécessaires à ces opérations récentes ; les choix de montage des projets, comme les modes de consultation par exemple, ont été revus en fonction de ces impératifs calendaires. Les modalités d’insertion des chantiers dans des sites par ailleurs bien souvent occupés, sont également impactées : c’est toute la chaine des sujets qui est ainsi « entrainée » par la démarche de la relance !

Bâtiment conçu par Oscar Niemeyer à Saint-Denis
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Pensez-vous que ce Plan aura d’autres effets, à plus long terme ?

La crise sanitaire et l’effort de relance induit, sont des accélérateurs ou des catalyseurs de tendances déjà présents. Pour l’OPPIC, l’élaboration des priorités du Plan souligne que l’un des enjeux essentiel des années à venir sera de savoir répondre à la conciliation des objectifs de préservation du patrimoine et des enjeux environnementaux aptes à répondre au défi climatique. C’était d’ores et déjà un objectif de notre contrat d’objectif et de performance ; nous y travaillons, nous avons d’ores et déjà engagé de nombreuses initiatives et des marches nous restent à gravir. L’impulsion de démarches comme le Plan de relance ne fait que nous pousser dans ce sens.

Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021
Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Durant la fermeture au public les chantiers des institutions culturelles se sont poursuivis.

Pour être prêtes à vous accueillir dans de meilleures conditions.

Malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19, la reprise de l’activité sur les chantiers de l’OPPIC, suspendus à la mi-mars 2020, s’est amorcée début mai et ne s’est depuis jamais arrêtée. Le respect des protocoles sanitaires sur les chantiers a été intégré par tous les acteurs. La mobilisation reste importante pour que ces chantiers, qui de fait se déroulent sans présence de public, s’achèvent en ce moment même et permettre au public de retrouver, prochainement des espaces plus confortables.

Palais de la Porte Dorée, aquarium.
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Rénovation de la chenille du Centre Pompidou
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Théâtre Ouvert
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Musée du Jeu de Paume
Alexis Paoli/ Oppic. Mars 2021

Ainsi, les chantiers de requalification de l’aquarium et de rénovation du socle du Palais de la Porte Dorée, celui de la rénovation de la suite d’escalators dite « chenille » du Centre Pompidou, ainsi que celui de mise aux normes et d’aménagement du Théâtre ouvert, ancien Tarmac et enfin les travaux de mise en sécurité et de réaménagement de la régie et des combles du Musée du Jeu de Paume se sont déroulés, tout au long de cette période.
Ils seront bientôt livrés.

Palais de la Porte Dorée, aquarium.
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Rénovation de la chenille du Centre Pompidou
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Théâtre Ouvert
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Musée du Jeu de Paume
Alexis Paoli/ Oppic. Mars 2021