Musée d’Orsay, Pavillon amont

Descriptif

La gare d’Orsay construite en 1898-1900 par l’architecte Victor Laloux et inaugurée pour l’Exposition Universelle de 1900, est transformée en musée durant les années 1983-1986 par l’équipe d’architectes ACT et l’équipe menée par Gae Aulenti pour l’aménagement intérieur. Le musée ouvre ses portes au public en décembre 1986.

Le Musée d’Orsay est classé au titre des monuments historiques en totalité depuis le 15 mars 1978.

Le pavillon Amont est situé dans la partie nord-est du musée, et, pour un tiers de sa surface, au-dessus des voies de la SNCF. A l’ouverture du musée, le Pavillon Amont présente la section Architecture, muséographiée par Richard Peduzzi. Il s’étend sur environ 1450 m² utiles (espaces d’exposition) et comprend deux niveaux en sous-sol, cinq niveaux au-dessus du rez-de-chaussée et deux niveaux de combles techniques. Les niveaux hauts sont très hétérogènes et ne couvrent qu’une faible partie de la surface capable, du fait du grand nombre de trémies pratiquées dans les planchers et de la présence de deux imposantes gaines verticales (tours). Sa structure est constituée d’une charpente métallique d’origine, profondément modifiée lors de l’aménagement du musée par suppression de structures et par la création poutres des deux grandes gaines verticales.

Objectifs

S’inscrivant dans le cadre de la refonte globale des espaces muséographiques menée par le musée d’Orsay, l’opération “Pavillon Amont” a pour objectif l’aménagement fonctionnel et muséographique de cet élément fondamental pour le musée, en articulation directe avec les galeries côté Seine, au niveaux rez-de-chaussée et 5e étage, la nef au niveau médian et le tympan Est et ses escalators. Outre l’aménagement de nouveaux espaces muséographiques, cette opération vise à améliorer le circuit de visite du pavillon Amont et la fluidité de la circulation vers la galerie des Impressionnistes. Les principes d’aménagement proposés par l’Atelier de l’Ile reposent sur : Une simplification, une fluidité et une lisibilité maximales des circuits de visite et des circulations, par :

  • La création au coeur du pavillon Amont d’une gaine verticale de circulation comprenant escalier et ascenseur, définissant un nouveau parcours de visite.
  • La clarification, en rez-de-chaussée, de l’accès à la galerie des hauteurs au pied du tympan Est (distinction claire des parties dédiées à l’exposition, des noeuds de circulation et d’orientation ; dégagement du passage par retraitement des structures verticales portant la mezzanine du niveau médian…).
  • La mise en relation directe du niveau 2 du pavillon avec la mezzanine du niveau médian, afin de créer un accès direct par escalier, permettant de mieux relier le pavillon à la nef.
  • Un accroissement des surfaces d’exposition dans le pavillon Amont par l’extension des planchers existants.
  • Le changement de nature des surfaces d’exposition : effacement du caractère “industriel” du pavillon actuel, en masquant ou supprimant localement les structures métalliques.
  • Le changement de volumétrie des salles d’exposition : dégagement de vraies salles d’exposition, moins fractionnées, plus lisibles, aux volumes simples, mettant en valeur les oeuvres exposées.
  • Un travail sur l’éclairage naturel dans le pavillon (mise en valeur de l’horloge et de sa baie, création d’un puits de lumière, création de baies au sud-est,…).
  • L’accroche, la mise en relation spatiale et architecturale entre le 5e étage du pavillon et la galerie des hauteurs (création d’une nouvelle liaison entre les deux espaces)
  • Un travail sur la couleur des murs de présentation.

Les nouvelles salles de présentation muséographique proposeront de (re)découvrir :

  • Au rez-de-chaussée, dans le pavillon, des grands formats représentatifs de la peinture académique (dans la continuité du récent réaménagement réalisé par le musée en 2008) et dans le vestibule du pavillon, l’Orientalisme,
  • Au niveau 2, les Nabis (Arts Décoratifs et décors - dont celui de Maurice Denis pour la chapelle du Vésinet qui n’avait jamais été accroché au musée).
  • Aux niveaux 3 et 4, les Arts Décoratifs des écoles étrangères (Vienne, Glasgow, Europe Centrale, etc) invisibles depuis bien longtemps.
  • Le dernier niveau (niveau 5) sera quant à lui consacré à une introduction à la galerie des Impressionnistes et à une boutique-librairie. Les niveaux techniques en sous-sol et en combles ne sont pas concernés par le réaménagement.
Musée d'Orsay Pavillon amont, 2011. on Vimeo

Calendrier

  • Désignation du maître d’œuvre : mars 2008
  • Début du chantier : mai 2009
  • Durée des travaux : 15 mois
  • Livraison du pavillon amont : 29 septembre 2011

Maître d’ouvrage
Musée Rodin

Mandataire du maître d’ouvrage
Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture, Oppic.

Maîtrise d’œuvre
ATELIER DE L’ILE architectes : Dominique Brard, Olivier Le Bras, Marc Quelen , chef de projet : Marcel Davidse
PARICA : BET – économiste
NEMO-K – BET structure
COSIL : éclairagiste
THERESE TROIKA : graphistes

assistance à maîstrise d’ouvrage
Bureau de contrôle : APAVE
AMO planificateur : CICAD
CSPS : COSSEC
CSSI : DEKRA Sst dept AKSSION

Entreprise générale
Lainé Delau