Musée national du Moyen Âge, Thermes et hôtel de Cluny

Restauration des vestiges des thermes sur le boulevard Saint-Michel

Programme

Fondé en 1843 par l’État, le musée national du Moyen-Âge, thermes et hôtel de Cluny, est installé dans deux monuments parisiens exceptionnels : les thermes gallo-romains (Ier-IIIe siècles) et l’hôtel des abbés de Cluny (fin XVe siècle). L’hôtel de Cluny est classé au titre des Monuments Historiques en 1846 et le « Palais des Thermes » depuis 1862. Le site est inscrit par arrêté du 6 août 1975.

L’objectif de cette opération est d’assurer la conservation des maçonneries et des enduits.

Elle doit répondre à plusieurs exigences :
-  donner une lecture de l’ensemble du site comme une ruine gallo-romaine avec ses caractéristiques : un appareillage majoritaire en opus mixtum, des dimensions monumentales, un dessin d’arase s’approchant au plus près de la matière conservée, des vestiges de l’organisation thermale (niches, exèdres, bassin) ;
-  conserver une lecture scientifique qui permet de visualiser, lors d’une observation plus approfondie, les différentes phases de restaurations ;
-  prendre en compte la valeur esthétique : les ruines sont aujourd’hui un patchwork de matières que la patine du temps a plus ou moins atténué. Par exemple, l’encrassement caractérisé des mortiers lissés dessine des spectres préjudiciables à la vision de l’ensemble tandis que la maçonnerie ravalée n’a pas noirci et que la granulométrie du mortier, en accrochant la lumière, rend une matière intéressante. La restauration doit être capable de mettre en valeur les maçonneries et de les rendre stables dans le temps ;
-  s’attacher à conserver au maximum la matière antique, à supprimer les mortiers trop durs qui entraînent la dégradation arrière des maçonneries et à définir une mise en œuvre qui donne un rendu nuancé, adaptée au support, aux contraintes physiques et chimiques.

Les travaux sont réalisés selon deux tranches successives : Tranche ferme : restauration des vestiges du caldarium L (compris caves V1 à V3 et N1 et N2) et salles A’, C et mise en place de la couverture de la salle D ;

Tranche conditionnelle : restauration des vestiges du caldarium K, annexe romaine M (y compris couverture) et foyers du caldarium K. 24 mois de travaux

Maître d’ouvrage
L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture, Oppic

Maîtrise d’œuvre
Paul Barnoud, architecte en chef des monuments historiques

Assistance à maîtrise d’ouvrage
Mission O.P.C : DIRECT ORG-GO
Mission C.S.P.S : BTP CONSULTANTS
Mission C.T : QUALICONSULT