Archéologie Hisotoire des monuments. Journées nationales de l’archéologie

Les réserves archéologiques

A travers les projets de construction de CCE (centre de conservation et d’étude), l’OPPIC contribue aussi à mettre en œuvre la politique volontariste initiée par le ministère de la Culture pour la conservation pérenne des biens archéologiques mobiliers et de la documentation archéologique provenant des fouilles.

C’est dans ce cadre que le projet du Centre de conservation et d’étude de Lorraine (CCEL) fut officiellement lancé par la ministre de la Culture en 2012 et inauguré le 14 juin 2018. Cet équipement situé à Metz, a été réalisé par l’architecte Bernard Desmoulin.

Il évoque à travers l’aspect brut du bâtiment les grandes structures industrielles et rurales de Lorraine et offre désormais au mobilier archéologique des conditions de conservation adaptées, favorisant sa consultation et son étude par les étudiants et les chercheurs ainsi que sa valorisation auprès d’un public aussi large que possible, en collaboration avec les musées et autres partenaires de la région.

Le Centre de conservation et d’étude de Lorraine, CCEL de Metz construit par l’architecte Bernard Desmoulin.

Dans la continuité, en 2020, le ministère de la Culture a confié à l’OPPIC le concours d’architecture pour le Centre de conservation et d’étude de Besançon. Ainsi le 15 décembre 2020, le jury a proposé de désigner un lauréat, l’agence nunc architectures. Ce projet de construction permettra aux biens archéologiques de l’Etat, et à la documentation associée, provenant du territoire oriental de Bourgogne-Franche-Comté (Doubs, Haute-Saône, Territoire de Belfort, une partie du Jura et de l’est de la Côte-d’Or) d’être conservés, étudiés et valorisés.

Le Centre de conservation et d’étude pour les biens archéologiques mobiliers à Besançon, projet nunc architectes.