Le moulage ou prise d’empreinte

Restauration des anges de l’Eglise du Val de Grâce

Reproduction fidèle d’une œuvre sculptée, le moulage résulte d’un processus long et minutieux, qui repose sur la création d’un moule puis de son exploitation pour obtenir des tirages multiples. Le mouleur prend l’empreinte d’un objet en utilisant divers matériaux : plâtre, silicone, latex, cire, résine ou polyuréthane. Une fois le moule réalisé, il se consacre au tirage, opération qui permet de restituer l’image du modèle original.

Pour effectuer les copies des anges de l’église du Val de Grâce, qui ont été réalisées en pierre reconstituée, une prise d’empreinte sur les originaux est d’abord réalisée. A partir de cette prise d’empreinte un modèle en plâtre est édité. Ce modèle permet aux sculpteurs de proposer des restitutions des parties sculptées disparues ou érodées, en particulier des pieds, des bras, des mains.

Une nouvelle prise d’empreinte est ensuite effectuée sur les modèles reconstitués, validés par l’architecte en chef des monuments historiques. Les moules fabriqués pour cette prise d’empreinte sont alors utilisés pour la réalisation des copies en pierre reconstituée.
Il faut compter au total environ 8 semaines de travail, de la première étape d’intervention sur l’original pour aboutir au tirage en pierre reconstituée.

Différentes étapes de la prise d’empreinte sur les originaux.
Moulage en cours sur un ange original.
Estampage du moule.
L’empreinte de l’original est réalisée, puis l’estampage du moule.
Le modèle en plâtre a été réalisé.
Le sculpteur peut désormais, sur le modèle en plâtre, faire ses propositions de comblement, et de restitution. Ici un morceau d’aile.
Après validation par l’architecte en chef des monuments historiques et la DRAC, responsable du contrôle scientifique et technique, le modèle de plâtre sera de nouveau moulé pour être réalisé en pierre reconstituée.

Le film

Les gestes du patrimoine. Le moulage des anges de l’Eglise du Val-de-Grâce. Septembre 2019 on Vimeo