Retour sur le chantier du Grand Palais. Confortation des fondations. Réfection de la verrière.

1999 - 2005

Retour sur le chantier du Grand Palais. Confortation des fondations. Réfection de la verrière.

1999-2005

Le photographe Patrick Tourneboeuf a accompagné de 1999 à 2005 cette restauration. C’est à travers son regard que vous pourrez découvrir les étapes majeures de la renaissance du Grand Palais. Patrick Tourneboeuf est membre de Tendance Floue, collectif de photographe crée en 1991.
Pour en savoir plus

La nef en 1999
En juin 1993, la chute d’un rivet dans la nef, provenant de la charpente, d’une hauteur de 35 mètres, entraîne la fermeture de la nef du Grand Palais au mois de novembre 1993. L’Etat décide alors de conforter les fondations et les charpentes, de restaurer les façades, les sculptures et l’ensemble des œuvres ornant l’édifice. Le 6 novembre 2000, le Grand Palais est classé dans sa totalité Monument historique.
  • La dépose des Quadriges de Georges Récipon en 2001.
    Ces deux sculptures « L’Immortalité devançant le Temps » côté Champs Elysées, et « L’Harmonie triomphant de la Discorde » côté Seine ont été déposées en 2001.
    Chaque Quadrige est constitué de trois grandes parties : le modelé ou « peau de cuivre » constitué de plaques de cuivre repoussé, une charpente métallique constituée d’une structure principale ancrée au massif maçonné et à laquelle se rattache une structure secondaire. Chaque quadrige est également décoré d’éléments de céramique : sur les rayons des roues des chars ainsi que des lions ailés situés en partie arrière du char. Après une campagne de restauration de deux ans, les quadriges ont retrouvé leurs emplacements respectifs en août 2004.
La confortation des fondations 2002.
L’urgence demande à asseoir la totalité du bâtiment sur des fondations profondes, qui doivent reposer sur « le bon sol », situé entre 15 et 20 mètres de profondeur. En janvier 2002 débutent les travaux de confortation des fondations, préliminaires aux travaux de restauration. Deux techniques ont été utilisées : dans la partie sud de la nef, partie la plus altérée qui a subi des tassements de 4 à 15 cm, des parois moulées ont été réalisées.
Sur l’ensemble de la moitié Sud des murs porteurs du Grand Palais, les fondations dépourvues de pieux sont confortées par 2 000 colonnes de jet grouting (injection d’un coulis de ciment à très haute pression). Durant ces opérations et ultérieurement, tous les mouvements de la structure sont contrôlés en continu.
8 900m2 de parois moulées réalisées, soit environ 6 600m3 de béton coulé, dimensions de la paroi moulée : largeur 83cm, profondeur : 16 à 20m. 2 000 colonnes de jet grouting réalisées, soit environ 10 000 tonnes de ciment coulé.
La charpente métallique du dôme central. 2002
Pour remplacer la charpente métallique du dôme central, il a fallu soulever d’environ deux centimètres une partie des 1 100 tonnes de celui-ci à l’aide de 54 vérins hydrauliques de 30 tonnes qui prenaient appui sur un étaiement d’acier d’un poids de 500 tonnes.
Réparation des charpentes métalliques. 2003
Poids total de la charpente métallique de la nef : 6000 tonnes d’acier, dont 600 tonnes ont été remplacées pendant la première phase de travaux (8500 au total avec le Palais d’Antin).
Nombre de rivets changés : environ 15 000.
Mise en peinture. 2003
A partir de 2003 la charpente métallique est réparée et décapée afin d’enlever une sous-couche de minium de plomb.
Elle est ensuite repeinte dans sa couleur d’origine, vert réséda pâle, teinte obtenue à la suite d’analyses de particules de la peinture d’origine.
Surface repeinte : 110 000 m2 Poids de peinture utilisée : 60 tonnes pour les 3 couches, soit environ 2 000 pots de peinture de 30 kg.
Mise en peinture. 2004
Changement des verres. 2003 et 2004
Le verre armé translucide mis en œuvre entre les années 1970 et 80 est remplacé par un verre feuilleté clair 44.2, conforme à la réglementation actuelle . Le rythme d’origine a été reconstitué.
Les 16 000 m² de la verrière sont changés, nécessitant la réalisation d’un échafaudage de 500 tonnes.
Eléments de la toiture en zinc. 2004
Les éléments de toiture sont réparés : 5 200 m² de couverture de zinc, 750 mètres de chéneaux de plomb, 1 200 mètres d’ornementation en zinc estampé.
Nettoyage des maçonneries sculptées et restauration des sculptures en pierre. 2005-2006
55 oeuvres statuaires (crées par une cinquantaines d’artistes de 1898 à 1900)
et 1 385 éléments d’ornementations sculptés (chapiteaux de colonnes, mascarons, guirlandes, cannelures de pilastres, gueulards, pompons, moulurations diverses, pots à feu, etc) ont été nettoyés et restaurés.
Restauration des mosaïques. 2006
Située à l’intérieur des loggias de la façade Est et du péristyle donnant sur l’avenue W. Churchill, cette frise de mosaïque, d’une superficie totale de 284 m², représente les grandes étapes de l’histoire de l’art depuis un sculpteur cambodgien au sommet d’une tête de Brahma , jusqu’à une liste des artistes du XIXe siècle déjà consacrés.
Œuvre de Louis-Edouard Fournier, réalisée en 1900 par Guilbert-Martin cette frise a été nettoyée, consolidée, refixée et certaines zones lacunaires des décors ont été reconstituées.
Restauration des céramiques. 2007
Situées à l’intérieur des loggias de la façade Ouest du Palais d’Antin donnant sur l’avenue F. Roosevelt, cette frise en grès cérame représente les grandes étapes de l’histoire de l’art, mais sous la forme d’un défilé ponctué de chars symbolisant les grandes époques .
Œuvre de Joseph Blanc (cartons) et des sculpteurs Fagel, Sicard, Barialis, cette frise a été réalisée en 1900 par le mouleur Louis Guillemain qui découpa l’œuvre en 4800 carreaux. Les ouvriers de la manufacture de Sèvres réalisèrent l’estampage des moules et les glaçures.
Cette frise 380 m² a été de nettoyée, consolidée , les zones lacunaires ont été reconstituées.
Restauration des sculptures en métal. 2007
« La science en marche en dépit de l’ignorance » de Victor Peter, et « L’inspiration guidée par la sagesse » de Falguière qui ornent la porte monumentale du Palais d’Antin ont été déposés et restaurés en atelier (remplacement des éléments de structure par des éléments en acier inox, restauration des éléments en bronze), puis reposés à l’issue de celle-ci.
Le Grand Palais restauré. 2006
Les escaliers des piliers de dôme et en croupes de nef ainsi que les perrons en marbres et les volées inférieures métalliques de l’escalier d’honneur sont rénovés, retrouvant leurs couleurs et matériaux d’origine. Une teinte de fond « jaune d’or » a été appliquée sur les parties métalliques de l’escalier d’honneur dans l’attente de la réalisation des patines définitives.
72 000m2 de surface globale 13 500m2 d’espaces sous la nef Longueur de la nef : 240 mètres, hauteur : 45 mètres
Grand Palais des Champs-Elysées. Façade avenue Winston Churchill. 2006-2007