Château de Vincennes

Restauration des contrescarpes nord-ouest et nord-est

Objectifs

L’enceinte du château de Vincennes a été construite sous le règne de Charles V entre 1372 et 1380. L’ensemble constitué par les murs d’escarpes et de contrescarpes qui délimitent un profond et large fossé périphérique, forme un immense quadrilatère de 390 mètres de long sur 220 mètres de large. Cet ouvrage dont les fondations remontent pour l’essentiel à l’époque médiévale a été adapté, parfois lourdement, pour les besoins des affectations successives. Les murs de contrescarpe situés de part et d’autre du pont dormant de la tour du village présentent un état de dégradation avancée. La stabilisation, la consolidation puis la restauration de l’ensemble de ces ouvrages devenaient par conséquent indispensables et urgentes. Les travaux sont prévus en deux tranches. La première tranche qui se déroulera sur 16 mois sera consacrée à la contrescarpe nord-ouest (140 m de long et 9 m de haut) tandis que la deuxième tranche permettra de traiter la contrescarpe nord-est (140 m de long et 9 m de haut) en 14 mois supplémentaires. Le parti d’intervention consiste à restaurer les ouvrages dans leur état actuel. Le remplacement d’un nombre important de pierres de taille a été privilégié pour les parties visibles avec l’utilisation du liais et de la pierre de « roche franche » de Saint Maximin. Au total, ce sont près de 180 mètres-cube de pierres par tranche qui seront remplacés. Les travaux prévoient également la restauration du bandeau larmier dans la totalité de sa longueur, et la suppression des ragréages inappropriés et omniprésents, pour l’essentiel en mortier de ciment, qui nuisent à la pérennité de l’ouvrage autant qu’à sa mise en valeur. Enfin, la hauteur et les dispositions des parapets actuels construits au XIXe siècle seront maintenus.

Protocole Culture-Défense

L’opération de restauration du Château de Vincennes s’inscrit dans le cadre du protocole Culture-Défense.

Sensibles à la valeur patrimoniale et historique des monuments les plus prestigieux de la Défense et attachés à les préserver et à les faire connaître, les ministères de la Défense et de la Culture ont renouvelé en 2005 un protocole destiné à les restaurer et à les mettre en valeur. La restauration du patrimoine militaire s’inscrit pleinement dans la volonté de transmettre aux générations futures de précieux témoins de l’histoire de France.

Chaque année, les ministères de la Culture et de la Défense consacrent ainsi chacun cinq millions d’euros à la restauration de ce patrimoine, sur la base d’un programme de travaux concerté.

Maîtres d’ouvrage
Ministère des Armées
Ministère de la Culture

Maître d’ouvrage délégué
L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture, Oppic

Maîtrise d’œuvre
Christophe Batard, architecte en chef des monuments historiques

Entreprises
Lot 1 – installations de chantier/ échafaudage : Layher
Lot 2 – maçonnerie / pierre de taille  : Dubocq