Actualités des opérations 

L’OPPIC s’installe provisoirement rue de Tolbiac

Novembre 2021

Pour cause de travaux dans l’immeuble habituel qu’il loue, l’OPPIC a déménagé temporairement dans l’immeuble du WOJO au 25-27 rue de Tolbiac 75013 Paris.

Jusqu’à l’été 2022, nous vous accueillerons physiquement dans ces locaux mais pour le reste rien ne change !

L’adresse postale est toujours la même.
Merci d’adresser vos courriers à : OPPIC 30 rue du Château des rentiers 75013 Paris.

Les messageries et les numéros de téléphone restent également inchangés, même si nous vous recommandons, lorsque cela est possible, de privilégier les numéros des téléphones mobiles de vos interlocuteurs.

Le salon international du patrimoine : un moment pour préparer les futures consultations de travaux.

Novembre 2021

Du 28 au 31 octobre l’OPPIC vous a accueilli sur son stand au salon international du patrimoine. Ce moment aura aussi été l’occasion pour l’établissement de vous présenter son plan de charge et les appels d’offre travaux qui vont être lancés prochainement.

Si vous n’avez pas pu assister à la conférence, vous pouvez retrouver, en cliquant sur l’image ci-dessus, la présentation qui a été faite par Clarisse Mazoyer, présidente de l’OPPIC et Valérie Forey, directrice générale.

Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture et François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France ont inauguré les décors remontés de la Chancellerie d’Orléans à l’Hôtel de Rohan (Archives nationales)

le 19 octobre 2021

Au terme de dix ans de chantier de restauration, menés grâce au mécénat du World Monuments Fund et de la Banque de France, puis de remontage, les décors de la Chancellerie d’Orléans seront bientôt visibles du public.

Les quatre pièces remontées – antichambre, chambre, salle à manger, grand salon –, en partie meublées par le Mobilier national, offrent un magnifique échantillon de la splendeur des arts décoratifs parisiens à la charnière des styles Louis XV et Louis XVI.

L’OPPIC a assuré, à partir de 2015 et pour le compte du ministère de la culture, le pilotage de cette opération complexe de restauration et de remontage des décors : passation des contrats, avec les architectes en chef des monuments historiques et les entreprise, pilotage des budgets et des planning, vigilance sur la qualité patrimoniale des prestations grâce aux prescriptions du comité scientifique, mais aussi sur la qualité technique du dispositif d’adaptation de l’hôtel particulier de Rohan et de remontage structurel des décors.

C’est en effet toute la technologie du XXIe siècle qui aura été nécessaire pour permettre la renaissance de ces décors XVIIIe

Le Président Emmanuel Macron visite la fin de chantier de la Bibliothèque nationale de France (BnF) Richelieu.

28 septembre 2021

photos de la présidence de la République- 28/09/2021

Le Président de la République Emmanuel Macron s’est rendu sur le site Richelieu, berceau historique de la Bibliothèque nationale de France (BnF), à l’occasion de la livraison du chantier de rénovation et de transformation qui aura duré dix ans, et du 300e anniversaire de l’installation des collections royales dans ces murs.

La réouverture complète au public du site Richelieu est prévue pour l’été 2022, le temps du transfert des collections qui représentent 20 millions de documents.

La visite du Président de la République

L’OPPIC, ASSURE LA MAÎTRISE D’OUVRAGE DU PROJET DE RESTRUCTURATION DE RICHELIEU DEPUIS PLUS DE VINGT ANS.

La restauration du site historique de Richelieu est plus qu’une opération immobilière : c’est la mutation d’un quartier, pensé pour la première fois depuis des siècles dans sa globalité. Au-delà même du quadrilatère Richelieu, dont les travaux s’achèvent aujourd’hui, la rénovation de la galerie Vivienne qui accueille l’INHA et l’INP en 2005 et la réhabilitation du 65 rue de Richelieu qui reloge l’École nationale des chartes en 2015 sont les premières étapes de ce grand mouvement destiné à créer un campus dédié à l’histoire et aux arts, en plein cœur de Paris. L’OPPIC, opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la Culture, aura porté l’ensemble de la maîtrise d’ouvrage de ces différentes opérations.

Depuis 1997, l’OPPIC accompagne le ministère de la Culture et la Bibliothèque nationale de France pour définir, d’abord en études, le projet de rénovation du site historique de cette dernière.

En 2006, il est mandaté, par le ministère de la Culture et de la Communication pour la conduite du projet de rénovation complexe du quadrilatère Richelieu du fait de son expertise pour les opérations s’effectuant en milieu sensible et souvent dans des lieux patrimoniaux remarquables, en site occupé, et pour des projets associant qualité architecturale et haute qualité technique. L’opération de rénovation du site de Richelieu présente l’essentiel de ces caractéristiques.

UNE RESTRUCTURATION EN SITE OCCUPÉ
Durant tous les travaux, le site est resté ouvert au public pour assurer une continuité du service aux lecteurs et aux chercheurs. Pendant la 1re phase, achevée en 2015, les activités de la BnF ont été resserrées côté rue Vivienne. Depuis 2017, début de la seconde phase du chantier, les bibliothèques de l’INHA , installée salle Labrouste, celle de l’École nationale des chartes et les magasins spécialisés de la BnF ont développé leur activité dans la première partie du quadrilatère restauré. La séparation entre espaces ouverts au public et espaces en chantier est assurée par une paroi coupe-feu, au cœur du bâtiment.

UN CHANTIER EN PLEINUR DE PARIS, ET PENDANT LA PANDEMIE
L’intervention sur un bâtiment situé dans une zone urbaine dense a rendu nécessaire de présenter à de multiples reprises le projet aux riverains, mais aussi d’avoir une attention particulière aux nuisances sonores, aux pollutions dues aux poussières et aux contraintes de circulation.

Cette insertion urbaine a été l’une des contraintes essentielles lors de la pandémie du Covid, avec des compagnons utilisant les transports en commun et la taille des base-vie étant largement contraintes pour permettre le respect des protocoles de sécurité et des règles de distanciation sociale. Ajourné de mars à mai 2020, le chantier s’est adapté aux exigences de la crise sanitaire depuis cette date.

LES CONTRAINTESTIMENTAIRE IMPORTANTES D’UN SITE HISTORIQUE
Les interventions lourdes de mise en sécurité et d’aménagement ont porté tout à la fois sur des espaces patrimoniaux classés et sur des espaces non protégés. Il s’agissait de traiter des bâtiments d’époques différentes, non liés entre eux, avec des niveaux discontinus et entrelacés sur 15 niveaux au total à l’intérieur des bâtiments, même si la façade ne laisserait supposer l’existence que de deux niveaux.

Cette rénovation a associé, une mise aux normes de sécurité générale, une restauration du clos et couvert du bâtiment, la création de nouvelles circulations et l’amélioration des conditions climatiques de conservation pour les collections dans les magasins, le tout sur environ 33 000 m² de surface, pour la phase 2.

Ce sont enchâssés dans ces travaux principaux des “bijoux patrimoniaux” comme la création d’un parcours muséographique, précédée de la restauration de la magnifique galerie Mazarin et d’autres ensembles protégés, la création d’un Jardin contemporain conçu par Gilles Clément et la rénovation de la splendide salle Ovale pour l’ouvrir résolument à tous les publics.

LES ENJEUX ET LES CHIFFRES
Ce projet allie à la fois des exigences techniques essentielles, une excellence patrimoniale au regard de la qualité des espaces, des enjeux de conservation pour les collections, un meilleur confort pour les publics de ce « campus » des sciences sociales tout en proposant une nouvelle dimension Culturelle, monumentale et muséographique, pour le grand public.

Le chantier, débuté en 2011 pour la phase 1 qui s’est achevée en 2015 a redémarré, pour la seconde phase, à l’automne 2017 pour s’achever fin 2020, la crise sanitaire ayant eu un effet de retard de plusieurs mois.

Ce sont au total 70 milliers de m2 qui auront été réhabilités et aménagés, pour un coût de 257 M€ TTC TDC, avec 4 maîtres d’œuvres distincts :

  • Jean François Lagneau en phase 1 et Michel Trubert en phase 2, architectes en chef des monuments historiques : pour les travaux de restauration des espaces classés au titre des monuments historiques,
  • Bruno Gaudin et Virginie Brégal : pour le réaménagement et la réhabilitation intérieurs,
  • Contours Soft Design : pour la signalétique,
  • Guicciardini et Magni Architetti : pour l’aménagement scénographique des espaces d’exposition permanente ) et 35 lots d’entreprises pour la phase 2, succédant à 15 lots d’entreprises lors de la première phase.

France Relance : des Trophées pour la rénovation de l’immobilier de l’Etat pour la restauration de à l’ENSA- Versailles et à l’Immeuble Niemeyer, Saint-Denis.

29 septembre 2021

A l’occasion de l’« Anniversaire France relance en Île-de-France » des Trophées pour la rénovation de l’immobilier de l’Etat ont été remis à : l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSA-V) dans la catégorie du projet le plus historique ainsi qu’à l’Immeuble Niemeyer, Saint-Denis dans la catégorie du projet le plus inséré dans la ville.

Olivier Dussopt, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics et Marc Guillaume, préfet de la région d’Île-de-France ont remis ces trophées à Céline Ricart, cheffe de projets à l’OPPIC et à l’architecte en chef des monuments historiques Pierre Bortolussi pour le projet de l’ENSA-V et à la Direction régionale et interdépartementale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DRIEETS), pour l’Immeuble Niemeyer à Saint-Denis.

Dossier de presse Anniversaire de l’immobilier de l’Etat.
Télécharger (2.3 Mo)

Le rapport d’activité de l’OPPIC disponible en ligne

Retour sur l’année 2020

Chaque année l’OPPIC publie et met à disposition son rapport d’activité, qui présente les éléments clés de son action, ses dernières actualités et présente l’avancement de chacune de ses opérations.

Rapport d’activité OPPIC 2020
Télécharger (39.6 Mo)

Rapports d’activités antérieurs : cliquez-ici

Comment le plan de relance s’incarne à l’OPPIC ?

Interview de Clarisse Mazoyer, présidente de l’OPPIC - avril 2021

En quoi le plan de relance peut-il avoir un impact sur l’activité d’un maître d’ouvrage comme l’OPPIC ?

Le gouvernement a souhaité impulser, à l’été 2020, un vaste mouvement de soutien à l’activité pour permettre à l’économie de rebondir rapidement suite à la crise sanitaire. 100 milliards d’euros sont ainsi investis par l’Etat. Le second semestre 2020 a ainsi été largement consacré à l’identification des priorités que le plan France Relance soutiendrait. Le ministère de la Culture, a fait le choix, en matière d’investissement, de soutenir ses établissements d’enseignement supérieur en finançant plusieurs opérations de modernisation de ses écoles. Parallèlement, la direction de l’immobilier de l’Etat (DIE) a organisé un vaste appel à projet destiné à améliorer les performances énergétiques des bâtiments publics.

Bâtiment conçu par Oscar Niemeyer à Saint-Denis
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Concrètement, comment cette relance s’incarne-t-elle dans le plan de charge de l’OPPIC ?

Concrètement, le Plan de relance permet de lancer de nouvelles opérations de travaux qui n’avaient jusqu’alors pas trouvé leur financement. C’est une réelle opportunité pour de nombreux sites ! L’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, abritée dans les Petites Écuries du Château, bénéficiera ainsi d’une vaste campagne de restauration pour ses toitures, ses verrières et ses menuiseries qui sera également l’occasion d’améliorer les performances énergétique de cet ensemble protégé au titre des monuments historiques. Le Plan de relance permet aussi, au titre de l’appel à projet, sur la performance énergétique, à la préfecture d’Ile-de-France de lancer la réhabilitation du bâtiment conçu par Oscar Niemeyer pour le journal l’Humanité à Saint-Denis, afin d’y accueillir de futurs bureaux d’agents de l’Etat. Mais le Plan de relance permet aussi de conforter des initiatives déjà lancées : sera ainsi financé, au titre de la « sécurité des ouvrages hydrauliques », l’opération de confortement du Grand Canal du château de Fontainebleau, inscrite dans la deuxième phase du schéma directeur qui s’engage. Le réaménagement de certains espaces de travail des étudiants de l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle à Paris, la réhabilitation de la toiture de l’École nationale d’art de Limoges, le site accueillant l’école des Beaux Arts de Paris et l’école d’architecture de Malaquais profitent également de cet investissement.

Les objectifs du Plan de relance ont-ils d’autres impacts pour l’établissement ?

Au-delà de l’activité nouvelle générée, le gouvernement a donné des objectifs ambitieux pour le calendrier de mise en œuvre de la relance. Des effets doivent être concrètement visiblement pour les entreprises et nos concitoyens dès les prochains mois. Les calendriers prévisionnels sont resserrés, la célérité est attendue de tous. Cet objectif de réactivité a induit pour l’OPPIC une nouvelle organisation de ses équipes à l’automne dernier pour allouer les équipes nécessaires à ces opérations récentes ; les choix de montage des projets, comme les modes de consultation par exemple, ont été revus en fonction de ces impératifs calendaires. Les modalités d’insertion des chantiers dans des sites par ailleurs bien souvent occupés, sont également impactées : c’est toute la chaine des sujets qui est ainsi « entrainée » par la démarche de la relance !

Bâtiment conçu par Oscar Niemeyer à Saint-Denis
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Pensez-vous que ce Plan aura d’autres effets, à plus long terme ?

La crise sanitaire et l’effort de relance induit, sont des accélérateurs ou des catalyseurs de tendances déjà présents. Pour l’OPPIC, l’élaboration des priorités du Plan souligne que l’un des enjeux essentiel des années à venir sera de savoir répondre à la conciliation des objectifs de préservation du patrimoine et des enjeux environnementaux aptes à répondre au défi climatique. C’était d’ores et déjà un objectif de notre contrat d’objectif et de performance ; nous y travaillons, nous avons d’ores et déjà engagé de nombreuses initiatives et des marches nous restent à gravir. L’impulsion de démarches comme le Plan de relance ne fait que nous pousser dans ce sens.

Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021
Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles
Patrick Tourneboeuf - OPPIC / avril 2021

Durant la fermeture au public les chantiers des institutions culturelles se sont poursuivis.

Pour être prêtes à vous accueillir dans de meilleures conditions.

Malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19, la reprise de l’activité sur les chantiers de l’OPPIC, suspendus à la mi-mars 2020, s’est amorcée début mai et ne s’est depuis jamais arrêtée. Le respect des protocoles sanitaires sur les chantiers a été intégré par tous les acteurs. La mobilisation reste importante pour que ces chantiers, qui de fait se déroulent sans présence de public, s’achèvent en ce moment même et permettre au public de retrouver, prochainement des espaces plus confortables.

Palais de la Porte Dorée, aquarium.
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Rénovation de la chenille du Centre Pompidou
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Théâtre Ouvert
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Musée du Jeu de Paume
Alexis Paoli/ Oppic. Mars 2021

Ainsi, les chantiers de requalification de l’aquarium et de rénovation du socle du Palais de la Porte Dorée, celui de la rénovation de la suite d’escalators dite « chenille » du Centre Pompidou, ainsi que celui de mise aux normes et d’aménagement du Théâtre ouvert, ancien Tarmac et enfin les travaux de mise en sécurité et de réaménagement de la régie et des combles du Musée du Jeu de Paume se sont déroulés, tout au long de cette période.
Ils seront bientôt livrés.

Palais de la Porte Dorée, aquarium.
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Rénovation de la chenille du Centre Pompidou
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Théâtre Ouvert
Pascal Aimar/ Oppic. Mars 2021
Musée du Jeu de Paume
Alexis Paoli/ Oppic. Mars 2021