Descriptif

Directeur du journal L’Humanité, Roland Leroy prit en 1985 la décision d’organiser le déménagement des locaux du journal à Saint-Denis. Proche de Paris, Saint-Denis offrait alors de nombreux terrains libres, au sein de la zone d’aménagement concertée (ZAC) Basilique, à proximité du centre-ville et du métro. Une parcelle triangulaire vacante dans ce périmètre fut choisie pour y installer le nouveau siège de L’Humanité.

L’architecte brésilien Oscar Niemeyer (1907-2012), fut rapidement désigné pour la construction de cet édifice. Reconnu pour ses œuvres architecturales dans le monde entier, il édifia au début des années 1940 l’église Saint-François d’Assise (1943-1944), œuvre fondatrice qui lui valut une reconnaissance mondiale. Dès 1956, il œuvra avec Lucio Costa à la construction de la nouvelle capitale fédérale : Brasilia. Cherchant à fuir la dictature militaire, il s’installa en France en 1967.

Il se rapprocha des cercles proches du Parti Communiste Français (PCF) et de la Confédération générale du travail (CGT) et fut naturellement désigné pour la conception du siège du PCF à Paris (1965-1980) Il s’entoura pour la réalisation de ce projet de l’architecte français Jean-Maur Lyonnet (1946- ), avec lequel il avait déjà collaboré sur ses précédents projets franciliens.

Le nouveau siège de l’Humanité. Dernière œuvre française d’Oscar Niemeyer, le siège de L’Humanité présente une architecture caractéristique de son œuvre, à savoir une synthèse architecturale du vocabulaire moderniste (structure en béton-armé, plan-libre, pilotis, toiture-terrasse, mur-rideau) complétée par les caractéristiques propres à Oscar Niemeyer, à savoir l’utilisation du VEC (verre extérieur collé) en façade, la mise en place de formes courbes et « poétiques » (façades ondulantes et arrondies), l’utilisation assumée de la couleur (mur-rideau bleu, usage de la couleur dans chaque étage) ainsi que la prise en compte du cadre urbain et paysager.

Dossier de Presse. Juillet 2022
Télécharger (769 ko)

Surface

Immeuble de 6 niveaux sur un sous-sol

  • Surface totale : 10 058 m²
  • Surfaces totale utiles nette : 5 800 m²
  • Parcelle : 2 400 m²

Objectifs

Le projet de rénovation, a été lauréat en décembre 2020 de l’appel à projets pour la rénovation énergétique des bâtiments publics de l’Etat dans le cadre de France relance lancé par le gouvernement. Cette exigence est un défi en matière de conservation du patrimoine.

Le projet consiste en la réhabilitation complète du bâtiment avec comme objectifs :

  • le respect de sa valeur patrimoniale,
  • la mise aux normes du bâtiment,
  • l’amélioration de ses performances énergétiques,
  • la garantie d’un niveau de confort optimal pour ses usagers.

Le bâtiment, et ses installations technique seront dimensionnées pour 500 personnes mais il est destiné à accueillir un objectif cible de 400 postes de travail avec un fort objectif d’évolutivité.

Parti pris architectural

L’opération prévue sur cet édifice , dont les façades et toitures sont inscrites à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du 23 avril 2007, a comme double objet : d’adapter l’immeuble aux nouvelles exigences de performances énergétiques et environnementales tout en respectant les éléments inscrits et l’œuvre d’Oscar Niemeyer.

Les travaux impliquent :

  • une réfection de l’ensemble des façades et de la toiture inscrites.
  • une réhabilitation intégrale des espaces intérieurs, des équipements techniques ainsi qu’une mise aux normes et mise en accessibilité du bâtiment,
  • l’optimisation des performances énergétiques et environnementales du bâtiment, par le remplacement de la façade en verre extérieur collé (VEC).

Les espaces verts extérieurs, qui participent à la qualité patrimoniale de l’ensemble et sont visés par le règlement de la ZAC Basilique et du Plui de Plaine Commune seront remis en état.

Les intérieurs ne sont visés par aucune servitude d’utilité publique patrimoniale. Néanmoins, les grands principes ayant guidés leur conception restent constitutifs de la qualité architecturale de l’immeuble :

  • la répartition en trois ailes desservies par un espace convivial au cœur de l’édifice,
  • des circulations horizontales centrales, dans la longueur des ailes, permettant de desservir des bureaux de part et d’autre et offrant une lecture claire du plan de l’immeuble,
  • des circulations verticales au cœur de l’immeuble et en bout d’aile,
  • une hiérarchisation des espaces claire, avec les couloirs de circulation, un espace de convivialité au cœur de l’édifice, deux espaces remarquables au bout de chaque aile (grand bureau avec terrasse côté basilique et rotonde côté nord),
  • la grande modularité offerte par la trame de l’immeuble, permettant de cloisonner les bureaux selon les besoins avec une qualité des espaces constante,
  • certains éléments ponctuels, constitutifs de l’identité de l’édifice ou de sa destination initiale comme le découpage de certains faux plafonds, les armoires insérées dans les cloisons, l’emploi d’une couleur différente à chaque niveau, le bar, la banque d’accueil et la linotype du hall ou encore les espaces donnant sur la terrasse.

Repères chronologiques

  • 1987-1989 : Construction d’un bâtiment conçu par l’architecte Oscar Niemeyer à Saint-Denis pour accueillir le siège de l’Humanité.
  • 2007 : Inscription des façades et des toitures au titre des monuments historiques.
  • 2009 : Acquisition par l’Etat.
  • 2020 : Dans le cadre du mandat élargi sur l’immobilier confié au préfet de région par le ministre de l’Action et des comptes publics, dans le contexte de la réforme de l’organisation territoriale de l’Etat, la préfecture de Région et le ministère du Travail.
  • Juin 2020 : l’Oppic est mandaté par la préfecture de Région pour conduire des études préalables nécessaires sur le bâtiment Niemeyer, au regard de la sensibilité patrimoniale du bâtiment qui est symbole fort dans le paysage de Saint-Denis.
  • Mars à décembre 2021 : dialogue compétitif.
  • Mai 2021 : L’Oppic est mandaté par la préfecture de Région pour assurer la maitrise d’ouvrage de l’opération de rénovation.
  • 20 mois de chantier (+5 mois de préparation/curage en temps masqué sur les études)
  • Livraison : 2025

Maître d’ouvrage
La préfecture de la région d’Île-de-France, préfecture de Paris

Utilisateur du bâtiment
Direction régionale et interdépartementale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DRIEETS).

Maître d’ouvrage mandataire
L’Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture, Oppic

Groupement
Eiffage Construction Equipements / B. Architecture / Berim (Bureau d’études pluridisciplinaire) / Arcora (Bureau d’études façades) / Eiffage Services (exploitation)