L’Oppic s’associe aux journées nationales de l’architecture

L’Oppic s’associe aux Journées nationales de l’architecture

Du 14 au 16 octobre, se tiendra la 7e édition des Journées nationales de l’architecture. Comme chaque année, l’Oppic s’y associe afin de soutenir et valoriser la création architecturale.

Journées nationales de l’architecture

Pierrefitte-sur-Seine : extension du centre des Archives nationales

Si la rénovation de monuments historiques constitue une grande partie de l’activité de l’Oppic, la création architecturale occupe également une place de choix. C’est notamment le cas avec le projet d’extension des Archives nationales situées à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), conçu par Massimiliano Fuksas et ouvert en 2013. Bien qu’offrant une capacité de conservation de plus de 350 km linéaires d’archives, le bâtiment actuel arrivera à saturation en 2027.

Par ailleurs, son extension, prévue dès l’opération initiale, a dû être anticipée en raison du transfert à Pierrefitte de plus de 70 kilomètres d’archives provenant du site de Fontainebleau des Archives nationales, qui fermera à la fin de l’année 2022.

Ainsi, fort d’une capacité de 100 km linéaires, le nouveau bâtiment permettra d’accueillir les nouvelles archives au moins jusqu’en 2050, mais aussi d’améliorer les fonctionnalités du site en offrant de nouveaux espaces de traitement, de restauration et de reproduction des documents. Des passerelles à plusieurs niveaux relieront les deux bâtiments pour une circulation fluide des agents et des documents.

Un concours d’architecture international

En janvier 2022, 100 candidatures ont été reçues pour la tenue d’un premier jury. A la suite duquel, quatre équipes ont été sélectionnées : l’AUC, D3 Architectes, Max Dudler et Zigzag. Enfin, sur la proposition du jury de concours qui s’est réuni le 14 juin 2022, la ministre de la Culture, a choisi le projet proposé par l‘agence l’AUC, Grand prix 2021 de l’urbanisme.

Au-delà du signal à l’échelle urbaine que propose le projet de l’agence l’AUC, les membres du jury ont été sensibles à la dimension environnementale intégrée aux procédés constructifs et au souci de libérer l’emprise au sol pour préserver les espaces verts, dans la continuité des projets de valorisation des acteurs du territoire dans la ZAC des Tartres.

En savoir plus sur le projet

Parc de la Villette : le bâtiment d’exploitation en construction

En accord avec le ministère de la Culture, l’Établissement public du parc et de la grande halle de la Villette (EPPGHV) a mandaté l’Oppic pour la construction d’un bâtiment en remplacement de la Cité jardin construite en 1982.

En effet, les équipes chargées de l’exploitation du parc et de ses équipements étaient logées dans un espace composé de neuf bâtiments en état de dégradation avancée.

En septembre 2019, un premier jury a retenu trois candidats, sur les 107 candidatures soumises. En février 2020, un second jury a proposé comme lauréat le groupement Atelier du pont, EVP ingénierie, Delta fluides, Axio, Atelier d’écologie urbaine, Plan 02.

Urbanité écologique
Le projet, conçu de façon bioclimatique, propose deux structures imbriquées :

  • Une structure double hauteur en bois qui définit l’enveloppe générale
  • Une seconde intérieure en béton préfabriqué qui apporte la résistance nécessaire aux planchers ainsi que de l’inertie thermique pour le confort des espaces intérieurs.

La charpente en bois de Kaplas est en cours d’assemblage, comme en témoignent les photos ci-contre.

Le chantier permettra également d’agrandir la surface de jardin au bénéfice du public, dans ce lieu empreint d’une urbanité écologique. Porteur d’innovation et d’engagement sociétal, le nouveau bâtiment se projette dans le futur des villes tout en respectant les valeurs historiques du parc de la Villette.

En savoir plus sur le projet

Quand l’architecture améliore les conditions de travail

Depuis deux ans, le télétravail connaît un engouement croissant. Pour autant, les lieux de travail constituent encore un espace où les salariés passent beaucoup de temps. C’est pourquoi, les « architectures à habiter », qui sont le thème cette année des Journées nationales de l’architecture, peuvent également s’interpréter comme des architectures du quotidien.

Soucieux de préserver, d’améliorer et d’adapter ces lieux aux usages d’aujourd’hui, le ministère de la Culture a ainsi confié à l’Oppic ses projets de réaménagement pour améliorer les conditions de travail de ses agents.

Découvrez ou redécouvrez l’article que nous avions consacré à ce sujet à travers trois projets :

  • L’immeuble des Bons enfants au ministère de la Culture
  • La manufacture de Beauvais
  • Centre national du microfilm et de la numérisation à Espeyran (Gard)

L’amélioration des conditions de travail pour les agents