L’amélioration des conditions de travail pour les agents

L’amélioration des conditions de travail pour les agents

Soucieux de préserver, d’améliorer et d’adapter les lieux de travail aux usages d’aujourd’hui, le ministère de la Culture et plusieurs de ses structures ont confiés à l’OPPIC leurs projets de réaménagement pour améliorer les conditions de travail. Des projets essentiels pour la qualité du service public.

Dans l’immeuble des Bons enfants, ministère de la Culture

Le projet de réaménagement de l’Immeuble des Bons enfants, qui abrite la majorité des agents de l’administration centrale s’inscrit dans le cadre du vaste projet CAMUS, de nouvelle organisation immobilière du ministère de la Culture sur trois sites : la rue de Valois, le quadrilatère des archives nationales et ce bâtiment.

Ce réaménagement permet de prendre en compte les enjeux liés aux nouveaux modes de travail, individuels et collectifs, intervenus depuis l’ouverture du bâtiment en 2005, en promouvant des espaces modulables selon les usages s’agissant des espaces communs.

Les travaux, réalisés sous la maîtrise d’œuvre de l’agence R-Architecture, se sont déroulés du dernier niveau jusqu’au sous-sol et sont en cours d’achèvement.

Salles de réunion modernisées, espaces requalifiés pour multiplier les zones et les formats de travail en commun, importance donnée à la convivialité, à de nouvelles fonctionnalités pour un niveau de confort supérieur, auront guidé le projet : un « Grand Café » et une « place basse » qui seront livrés en octobre .

Les espaces de l’accueil, du centre de ressources documentaires et du restaurant administratif verront quant à eux leur mue s’engager dans une prochaine phase.

A la Manufacture de Beauvais

Créée en 1664 par Louis XIV, la Manufacture de Beauvais, occupe le même site jusqu’en 1940. A cette date, la destruction des bâtiments originaux lors des bombardements, conduit les ateliers de la Manufacture de Beauvais à s’installer provisoirement dans l’enclos des Gobelins à Paris. Le véritable retour est finalement réalisé en 1989, lorsque dix métiers regagnent la ville de Beauvais dans des anciens abattoirs municipaux du XIXe siècle réhabilités pour l’occasion.

Depuis cette date le site de Beauvais n’a bénéficié d’aucuns travaux d’amélioration ou de mise aux normes : les verrières en toiture, comportant des vitrages en polycarbonate peu pérennes, se sont dans leur globalité dégradées. La faible étanchéité générale du bâtiment induisait par ailleurs une déperdition importante d’énergie. En parallèle, le système de chauffage au gaz, constitué de résistances chauffantes fixées au plafond, diffusait une chaleur peu homogène et particulièrement éprouvante pour les agents.

Le ministère de la Culture a donc engagé une opération d’amélioration du bâti avec les objectifs suivants :
- l’amélioration nette du confort thermique des lissiers tant en hiver qu’en été et du confort d’accueil avec la mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite de certains sanitaires ;
- la réduction des consommations énergétiques grâce à la mise en place d’une isolation thermique intérieure et au remplacement de l’ensemble des baies vitrées par des menuiseries en chêne massif à double vitrage, de même que le remplacement des bow-windows et la mise en place de nouvelles verrières modulaires en toiture avec de meilleures performances acoustiques et thermiques ;
- la mise en conformité réglementaire de l’électricité des ateliers.

L’opération, menée en deux phases dédiées à chacune des ailes du bâtiment pour permettre le maintien de la manufacture en exploitation, s’est achevée en janvier 2022.

Au Centre national du microfilm et de la numérisation (CNMN) à Espeyran

En 1973 a été construit, dans le parc du château d’Espeyran, un bâtiment destiné à héberger les activités archivistiques du Centre national du microfilm et de la numérisation (CNMN), centrées sur la sécurité et la préservation des microfilms et des données numériques, dont le Service interministériel des archives de France a la responsabilité. Pour partie enterré, ce bâtiment est composé d’espaces d’ateliers, de bureaux et de locaux de conservation dont le ministère de la Culture a décidé d’engager la réhabilitation, la modernisation et l’extension des capacités de conservation.

Engagés sur site, sous la maîtrise d’œuvre de l’architecte Nicolas André, début 2022, les travaux s’achèveront au dernier trimestre et offriront à l’équipe du CNMN une nouvelle salle polyvalente ainsi que deux nouveaux ateliers pédagogiques pour mieux accueillir le public.

Ces travaux permettront également d’augmenter la capacité de stockage du centre de 70m² environ, et d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment.

Aux archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine

Si le bâtiment des Archives Nationales conçu par Maximiliano Fuksas va prochainement être étendu pour assurer une poursuite de la mission de collecte des archives de l’administration jusqu’à l’horizon 2050, le site de Pierrefitte verra son offre de service aux agents et utilisateurs augmentée avec une offre de restauration sur place.

En effet, la construction en cours d’un restaurant administratif, permettra d’assurer la fabrication et la distribution sur place de 150 repas/jour à destination principale des agents des Archives Nationales, ainsi que la fabrication et l’export, vers le bâtiment existant, de prestations à destination des publics et chercheurs. Le nouveau bâtiment, conçu par l’agence Nomade Architectes, se compose d’une salle à manger prolongée d’une terrasse, d’une cuisine et de locaux de services.

Les travaux ont été lancés en mars 2022 et le restaurant devrait être livré au premier trimestre 2023.