Journées européennes du patrimoine 2021

L’OPPIC s’associe aux journées européennes du Patrimoine les 18 et 19 septembre 2021

Le « Patrimoine pour tous », thème de cette 38e édition, est au cœur même des missions de l’opérateur de maîtrise d’ouvrage de référence pour le patrimoine qu’est l’OPPIC.

La restauration de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles qui s’engage, les chantiers de restauration conduits cet été au sein même du ministère de la Culture et du Palais de L’Élysée, sans oublier l’intervention des métiers d’art qui seront présents, pour les JEP, dans la cour de l’hôtel des Invalides : voici quelques facettes du patrimoine mis à l’honneur durant ce week-end.

La restauration du patrimoine bénéficie du plan de relance !

La restauration du clos et couvert de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles

Le monde de la culture a été particulièrement touché par la situation sanitaire.
Face à cette situation, le Gouvernement a déployé un effort sans précédent : soutien aux professionnels, aides aux entreprises du secteur...

En plus de ces fonds de soutien, le Premier ministre a annoncé le 3 septembre 2020 une mobilisation exceptionnelle de 2 milliards d’euros destinée à relancer l’ensemble des secteurs artistiques et redynamiser notre modèle culturel, dont 614 millions d’euros pour soutenir le patrimoine et 70 millions d’euros pour rénover les écoles de l’enseignement supérieur culturel.

C’est ainsi toute la restauration du clos et couvert de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, abritée dans la petite écurie du château, qui bénéficie de cet investissement particulier.

Pierre Bortolussi, architecte en chef des monuments historiques nous présente les objectifs de cette campagne de travaux et l’apport de son inscription dans le plan de relance.

« L’École nationale supérieure d’Architecture de Versailles occupe une grande partie de la petite écurie du château de Versailles ; l’ensemble est classé au titre des Monuments Historiques.

Au-delà d’une opération courante de restauration d’un monument historique classé, le programme intègre une forte valeur ajoutée visant l’amélioration sensible des consommations d’énergie de l’édifice car l’aide à la transition énergétique structure également le plan de relance.

Ainsi, les toitures et une grande partie des corniches seront restaurées dans des dispositions proches de l’existant, en intégrant systématiquement des complexes d’isolation thermique. Les menuiseries, dont une grande partie est à bout d’usage, seront remplacées à neuf avec mise en œuvre de vitrages isolants.
Du point de vue technique, l’ensemble du réseau de chauffage sera repris.
Toutes ces actions conjuguées visent l’optimisation thermique de l’ensemble de l’édifice, avec un gain attendu de près de 55 % par rapport aux consommations actuelles.

Évidemment, la conservation des dispositions historiques et d’amélioration thermique sont étudiées pour une interprétation la plus sensible et la moins intrusive. De ce point de vue, le fait de réaliser cette approche consensuelle peut être un bon exemple et l’objet de débats avec les enseignants, et leurs élèves, futurs architectes.

Le plan de relance est évidemment une opportunité exceptionnelle, permettant de traiter cette opération d’envergure en phases cohérentes, pour une optimisation immédiate.

L’amélioration énergétique dans les monuments historiques est une préoccupation constante, mais l’intégration des différents procédés d’optimisation est étudiée au cas par cas, en analysant d’abord les capacités de l’édifice à les intégrer.
Par exemple, des menuiseries anciennes conservées n’accepteront pas toujours un vitrage épais isolant classique, mais des vitrages minces permettent d’atteindre une isolation améliorée.
Au même titre, l’isolation des façades par l’intérieur est parfois possible sans bouleverser les échanges hygrométriques des maçonneries anciennes ; des enduits à base de chaux et de chanvre donnent d’excellents résultats dans ce domaine.

Cet équilibre sensible entre conservation patrimoniale et amélioration thermique est en constante expérimentation. L’opération de restauration de l’ENSA-V contribue à ces recherches et montre que des solutions existent pour un résultat encourageant.
Évidemment l’architecte n’est pas seul sur ce type d’analyse ; des bureaux d’études techniques et thermiciens participent à ces études pour garantir l’efficacité des matériaux d’isolation et leur adaptation à l’environnement.

Toutes ces analyses et recherches sont des expériences à partager et constituent une sorte de catalogue de méthodes adaptables et tout à fait transposables à d’autres opérations. Il reste toutefois indispensable d’étudier finement en amont la nature et la capacité de l’édifice à recevoir et à accepter les optimisations thermiques. Ces notions sont encore récentes et sont amenées à évoluer dans les prochaines années. »

Les chantiers de restauration de l’été

Le salon Pompadour au Palais de l’Élysée, le salon Jérôme au ministère de la Culture.

Au Palais de l’Élysée : la restauration du salon Pompadour

Ayant acquis l’hôtel d’Évreux en 1753 sur ses propres deniers, la marquise de Pompadour, favorite du roi Louis XV, accueille ses amis dans cette chambre de parade, espace de réception distinct de l’espace plus intime de sa chambre à coucher.

De nos jours, le Président de la République y accorde certaines audiences, et y donne exceptionnellement des dîners. Ce salon, restauré cet été, sera intégré au parcours de visite du palais de l’Elysée pendant tout ce week-end.

Vous y découvrirez le décor des boiseries qui date de la construction de l’hôtel d’Évreux, soit du XVIIIe siècle, contrairement aux dessus-de-porte du Second Empire. Ceux-ci représentent quatre déesses de la mythologie romaine : Diane, déesse de la chasse, endormie, couronnée du croissant de lune ; Junon, épouse de Jupiter, tenant le sceptre, accompagnée d’un paon ; Minerve, déesse de la guerre et de la sagesse, armée d’une lance et d’un bouclier ; Vénus, déesse de la beauté, tenant un miroir.

Menés sous la direction de Michel Goutal, architecte en chef des monuments historiques, la restauration du salon Pompadour, qui s’est déroulée durant le mois d’aout 2021, est l’aboutissement du travail et des savoir-faire de différents corps d’état spécialisés : menuiserie, restauration de bronzes et serrurerie d’art, restauration de peinture décorative et de dorure, restauration de décors peints sur dorure, restauration de motifs sculptés en staff et carton pierre.

Cette pièce n’avait pas connu d’intervention de restauration depuis 1947. La difficulté de cette restauration a été de ne pas procéder à une remise à neuf mais de s’attacher avant tout à préserver les parties anciennes dorées à la feuille et à les harmoniser avec les parties restaurées.

Lors de la restauration des dorures se sont environ 10 000 feuilles de 84 millimètres d’or Deux techniques de mise en œuvre des ors ont été entreprises, celle de la dorure à l’eau ou à la détrempe, traditionnelle en France, et celle de la dorure à la mixtion.

La technique de la dorure à la détrempe donne un aspect à l’or moins clinquant, notamment parce que l’on peut créer des mâts et des brunis en le frottant avec une pierre d’agate ; elle laisse par ailleurs transparaître les différentes feuilles d’or mais sa préparation est nettement plus délicate que celle de l’or à la mixtion.

L’opération de restauration du salon Pompadour vient finaliser les restaurations des salons du rez-de-chaussée du Palais de l’Elysée, qui donnent sur le jardin : Salon doré, Salon des portraits, salon Cléopâtre, Salon des aides de camps et le Salon des tapisseries

Pour visiter le Palais de l’Elysées

Au ministère de la Culture, rue de Valois : la rénovation du plafond du salon Jérôme

Dans le cadre de la mise en conformité des installations électriques et de chauffage des espaces utilisés par le ministère de la Culture rue de Valois Paris 1er, des travaux de restauration ont également pu être engagés, pour la rénovation du plafond du Salon Jérôme. Ces travaux menés par l’architecte en chef des monuments historiques, Christophe Bottineau, sous la maîtrise d’ouvrage l’OPPIC se sont déroulés pendant l’été afin de s’adapter aux contraintes d’un site dans lequel l’activité est permanente.

Après avoir protégé les décors sous des coffrages étanches aux poussières, le plafond a été lessivé, les fissures ouvertes, rebouchées et poncées. Le travail de peinture a pu alors commencer, avec l’application d’une teinte identique à l’existant sur les corniches et la rosace centrale. Des raccords de peinture décorative en trompe l’œil, en dorure simili-bruni avec patine de vétusté, reproduisant l’existant à l’identique ont été réalisés sur la frise de perles et entrelacs, ainsi que sur la rosace centrale.

Pour visiter le ministère de la Culture

Les savoir-faire au service du Patrimoine

Des ateliers de démonstration pour découvrir les métiers

Que ce soient des projets de rénovation ou de construction, les projets conduits par l’OPPIC font appel à des savoir-faire multiples.

Tel est le cas à l’Hôtel national des Invalides, où, depuis 2005 les ministères des Armées et de la Culture ont engagé, sous la maîtrise d’ouvrage de l’OPPIC, une vaste campagne de travaux en vue de la restauration de ce site.

Menés sous la conduite des architectes en chefs des monuments historiques, Benjamin Mouton puis Paul Barnoud, ont ainsi pu être successivement restaurés : la cour d’honneur, l’ensemble des vitraux du Dôme et l’arc central de la façade Nord.

C’est aujourd’hui la façade Nord qui est sous échafaudage pour procéder à sa restauration.

L’ensemble de ces campagnes mobilisent des savoir-faire remarquables de nombreuses entreprises françaises : pierre de taille, couverture, plâtrerie, sculpture, charpente, ...

C’est à une découverte du métier de couvreur que vous convie, pendant ces journées du Patrimoine, l’entreprise Balas, grâce à des ateliers de démonstration. L’entreprise Epitopos vous permettra quant à elle d’appréhender le processus d’expertise scientifique mise en œuvre au service de l’analyse des matériaux avant leur restauration.

Pour visiter l’Hôtel national des Invalides