Le tissage de la moquette du théâtre Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan du château de Fontainebleau.

Septembre 2018

Le tissage de la moquette du théâtre Cheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan du château de Fontainebleau 

Septembre 2018

Le tissage de la moquette

Préparation des bobines de chanvre pour le dossier des moquettes commandées pour le théâtre, soit 300 mètres de moquette à fleurs roses sur fond grenat, 420 mètres de moquette flammée et 80 mètres de moquette flammée à bordures.
A l’arrière du métier à tisser la moquette, le cantre rassemble toutes les bobines de laine nécessaires au tissage ;
le fil qui sort de chacune est lesté pour assurer une tension correcte du fil et assurer un dévidage régulier lors de la progression du tissage.
Pour la moquette flammée du théâtre, considérée comme un uni, une bobine de laine correspond au poil, une bobine de chanvre au dossier et une bobine de lin assure le liage lors du tissage. Ces bobines permettent de tisser des pièces de 50 mètres.
Tissage de la moquette flammée ; sur le métier, les fils traversant le peigne sont croisés pour être liés et former des boucles grâce à des fers glissés en dessous. Grâce à un rasoir, ces boucles sont coupées pour créer le poil.
Moquette florale.
Chaque pièce de moquette à motifs floraux est contrôlée et les éventuels défauts de tissage ou de tonte repris.
A l’issue du tissage, la moquette est retondue une fois pour assurer une hauteur de poil homogène ; chaque pièce passe sur un cylindre remplie d’eau chaude ;
cette opération permet d’ouvrir chaque poil de laine et d’offrir une plus grande profondeur de coloris et le moelleux de la moquette.
©Gilles Coulon - OPPIC - septembre 2018
Lors de la même opération, les pièces de moquette sont légèrement enduite de colle au revers afin de rendre le dossier plus résistant et éviter les déformations du tissage. Mises ensuite en balles, elles peuvent être livrées.

La pose de la moquette

©Gilles Coulon - Oppic - décembre 2018