Musée national du Moyen Âge, Thermes et hôtel de Cluny

Création d’un nouvel accueil et réflexion sur la protection des vestiges

Programme

La complexité et l’entrelacement des strates historiques et architecturales associées à l’espace relativement contraint, rendaient difficiles pour le musée de concilier tout à la fois : la mise en valeur des riches collections du musée national du Moyen Age, la valorisation de l’architecture emblématique des époques antique et médiévale et les éléments de confort et de service propres à l’accueil du public au 21e siècle. C’est pourquoi a émergé le projet de nouvel accueil qui prendra place au rez-de-chaussée du bâtiment Boeswillwald (XIXe siècle) tout juste réhabilité et dans l’extension de 250 m2 au sol, construite sur l’emprise de la terrasse mitoyenne.

Il abritera l’accueil-billetterie, la librairie-boutique, des vestiaires et sanitaires pour groupes et individuels. Un espace pédagogique dédié, des équipements de régie des œuvres et une salle destinée à des présentations temporaires. Une passerelle accessible du nouvel accueil fera figure de belvédère sur les vestiges antiques des thermes de Lutèce. Parallèlement à ces travaux, la muséographie de l’ensemble du musée sera repensée entièrement afin d’offrir à tous les publics un parcours de visite accessible et cohérent.

Partis pris architectural

S’implanter sans s’imposer :

Le nouveau bâtiment d’accueil doit fonctionner comme un signal, pour améliorer significativement la visibilité du musée dans l’espace urbain. Mais il doit également s’intégrer dans un lieu de sédimentation historique, se montrer tout en se faisant oublier. Le parti est celui de la présence et de l’effacement : la volumétrie extérieure respecte les constructions antérieures (bâtiment Boeswillwald datant du XIXe siècle, hôtel des abbés) et laisse deviner ces strates architecturales. Cette connivence avec le site et ce refus d’un aspect « flambant neuf » se traduit par une « peau » métallique sur la partie haute des deux halles jumelles composant le volume. Le socle vitré appelle le visiteur à pénétrer à l’intérieur depuis le boulevard Saint-Michel et la rue du Sommerard. La figure en pliure de la couverture de l’espace d’accueil permet d’identifier ce dernier dans un univers de toitures de styles et de formes variés.

Entre intérieur et extérieur :

L’ambiance générale intérieure du musée est celle d’un labyrinthe, protégé des agressions extérieures et de la lumière. Par contraste, l’accueil se doit d’être un vestibule généreux et clair, dont la luminosité subtile et chaleureuse procure une sensation de confort à ses utilisateurs, visiteurs comme agents du musée. La résille extérieure reprend un motif de guipûre présent en divers endroits de l’hôtel des abbés, et notamment dans la dentelle de pierre de l’escalier de la chapelle, un thème qui devient la marque du lieu. Ces ouvertures organisent horizontalement et verticalement des vues sur une partie des vestiges, invitant le visiteur à découvrir le parcours antique.

Maître d’ouvrage
Ministère de la Culture et de la Communication
Direction générale des patrimoines
Service des Musées de France

Maître d’ouvrage délégué
Opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture

Maîtrise d’œuvre Bernard Desmoulin : architecte AI Environnement (BE environnement) Venathec (BE acoustique) Scoping (BET) C&E Ingénierie (BET BFUP)

Les entreprises

  • Lot 01 : structure clos et couvert : Lefèvre
  • Lot 02 : aménagement intérieur : Bonnardel
  • Lot 03 : mobiliers : Bonnardel
  • Lot 04 : plomberie - chauffage – ventilation : Morlet
  • Lot 05 : électricité : ERI
  • Lot 06 : ascenseurs : Kone
  • Lot 07 : revêtements des sols souples et peinture : Les Peintures Parisiennes
  • Lot 08 : passerelle : non encore attribué

Voir tous les projets du concours d’architecture