Malte Martin « De l’interrogation à l’exclamation

125.

Malte Martin « De l’interrogation à l’exclamation

Malte Martin « De l’interrogation à l’exclamation populaire » (2015)

Centre National des Arts du Cirque, Châlons-en-Champagne

Le soir le CNAC émet des signes. D’abord abstraits, ils forment progressivement une question « Quel cirque ? » puis se transforment en exclamation « Quel cirque ! ».

Pour donner vie et matière à cette phrase, l’artiste a opté pour la vibration des tubes néons. Disposés à une hauteur de 12 mètres, les tubes néon sont programmés pour esquisser une forme de danse en s’allument les uns après les autres. Ils scintillent, dynamisent la façade du bâtiment dans un jeu d’apparitions et de disparitions, comme la mise en mouvement des bâtons de jonglage.

En 6 séquences, les bâtons reconstituent et laissent deviner la phase « Quel cirque ? » pour recommencer immédiatement par un nouveau cycle de lumière.

Virginie Yassef « A-A-A-LL R-I-I-I-GT ! » (2015)

École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand

Ecole d’architecture de Clermont-Ferrand. 1er octobre 2015.
©Pascal Aimar - Oppic

L’œuvre est une cabane en équilibre juchée sur un rocher, à une hauteur de 5 mètres, inspirée d’une photographie ancienne située en Laponie.

Le choix d’une cabane s’apparente par sa simplicité à la plus petite unité de l’architecture et rappelle l’élément de base de l’architecture. Elle devient une réserve à idées imaginaire.

Le rocher fait écho à l’environnement naturel. Il est constitué de 2 blocs de 15 tonnes chacun, d’une hauteur de 4m50. La pierre a été extraite d’une carrière de Volvic.

Posée dans un lieu ouvert comme le parc de la future École et dénuée de toute fonction, l’œuvre se rapproche des « folies » ou « fabriques » qui ornent les jardins. Elle est appelée à devenir un support de projection pour les étudiants. Elle lance un défi à l’esprit : que son extravagance puisse inspirer les spectateurs et les étudiants en particulier, dans leurs travaux futurs et les encourage à se saisir des potentiels de leur propre imagination.